Domaine des Terregelesses, Françoise André

les Vins, la Gamme

D es bouteilles qui ont des airs de famille

Producteurs d’une riche palette de vins blancs, nous sommes les premiers en Bourgogne à avoir revendiqué l’appellation Chorey-Lès-Beaune blanc et à l’avoir mis en bouteille.

Téléchargez le pdf

Chorey-les-Beaune blanc « Tue-Bœuf »

Superficie vigne 22a50

Age de la vigne 28 ans

Cépage Chardonnay

Type de sol argileux

Vinification/ Elevage La vendange est réalisée manuellement avec un tri minutieux des grappes. Les raisins entiers sont ensuite pressés en pressoir pneumatique. Le pressurage avec montée en pression lente et régulière permet d’obtenir des vins fins et élégants. Dans cette même optique, le débourbage (séparation du moût avec les matières en suspension) est poussé. Les moûts (jus recueillis en écrasant le raisin) réalisent leurs fermentations alcooliques et malo-lactiques en fût de 350 litres. La proportion du fût neuf, de l’ordre de 30% par an, se veut volontairement modérée pour laisser s’exprimer le terroir de l’appellation. En partenariat avec nos tonneliers, une réelle adéquation entre le type de fût et le caractère du vin est recherché.

Production annuelle moyenne 1050 bouteilles.

Millésime 2009 Or pur liquide, senteur de pâte d’amande, attaque fruitée et fraiche qui fait place à un cœur de bouche gras à la juste longueur. A boire aujourd’hui sur un risotto à la crème ou à faire vieillir jusqu’en 2014.

Millésime 2010 Si l’or blanc devenait liquide il ressemblerait à la robe de ce vin. Le nez fourmille de détails (noisette fraiche, aubépine et églantine) et invite à la dégustation. Dès sa mise en bouche il offre son corps souple au fruité de la nectarine. La finale se resserre sur une expression tonique de citron qui embellira pour trois ans encore un tartare de saumon aux agrumes.

Millésime 2011 Son jus à l’or blanc met en valeur des notes gourmandes de fruits blancs (nectarine, poire) avec une discrète touche de cannelle venue du fût. Sa rondeur fruitée file vers une saveur de bonbon à la poire vous donnera envie de le partager quand viendra le moment de l’apéritif.

Millésime 2012 Comme souvent dans les bon Chorey la noisette domine les ébats du nez mais dans une robe au doré plus intense qu’en 2013. Dès son passage en bouche il fait valoir un tannin sec de vin rouge ou la concentration fait loi. Le boisé le ramène à l’équilibre avec une finale sur la cannelle. Si vous le buvez dans l’année n’hésitez pas à le passer en décanteur.

Millésime 2013 Le caractère aromatique de la noisette domine les ébats du nez sous un voile à l’or blanc. Sa saveur large en attaque se précise par un jus porté par la citronnelle. Un délice sur des cailles farcies aux citrons.

Millésime 2014 Sa parure or vert distille un parfum d’acacia en fleur avec une pointe de noisette. Passé une attaque vive il offre la matière tonique du citron. Sa fine acidité parcoure vos papilles et libère une finale saline. Craquant.

Téléchargez le pdf

Corton-Charlemagne Grand Cru blanc

Superficie vigne 35a38

Age de la vigne 18 ans

Cépage Chardonnay

Type de sol argilo-calcaire

Vinification/ Elevage La vendange est réalisée manuellement avec un tri minutieux des grappes. Les raisins entiers sont ensuite pressés en pressoir pneumatique. Le pressurage avec montée en pression lente et régulière permet d’obtenir des vins fins et élégants. Dans cette même optique, le débourbage (séparation du moût avec les matières en suspension) est poussé. Les moûts (jus recueillis en écrasant le raisin) réalisent leurs fermentations alcooliques et malo-lactiques en fût de 350 litres. La proportion du fût neuf, de l’ordre de 30% par an, se veut volontairement modérée pour laisser s’exprimer le terroir de l’appellation. En partenariat avec nos tonneliers, une réelle adéquation entre le type de fût et le caractère du vin est recherché.

Production annuelle moyenne 1750 bouteilles.

Millésime 2009 Un or limpide et éclatant tire le regard. Le nez offre un assemblage délicat de fleurs blanches et de poire guyot. La mise en bouche est riche, onctueuse par son côté crème fouettée vanillée. Sa finale, montre par sa longueur, qu’il est bien un grand cru.

Millésime 2010 La brillance de l’or pur parcourt le calice et tandis que vous remuez votre verre s’extirpent les flaveurs fines et complexes de fleurs des buissons (aubépine et acacia) et de silex frotté. Une matière opulente à la saveur de crème fouettée trace la voie à une finale « poivre et sel », comme la barbe de Charlemagne. Si aujourd’hui il est déjà prince de sang (et peut être ouvert sur un homard grillé aux prochaines fêtes) il sera couronné empereur après cinq années de règne dans votre cave.

Millésime 2011 Ce grand cru ne brille pas seulement dans le verre…sa fragrance pure d’amande fraiche trouve son équilibre dans un boisé fondu. La « mâche » qu’il vous fait ressentir vient d’un extrait sec comme celui d’un rouge avec la noblesse venue de la retro-olfaction de son caractère iodé. Voici le chardonnay des moments précieux.

Millésime 2012 Installé dans un calice à l’or vert orné de reflets pâles il exprime un bouquet floral alliant le tilleul et la finesse des fleurs blanches (acacia et aubépine). Tendu sur le calcaire avec un milieu de bouche marneux venu de son sol il régurgite sa terre dans une finale à la minéralité tranchante comme l’épée. Si vous ne pouvez pas attendre 10 ans... la passage en carafe est obligatoire.

Millésime 2013 Dans la verre de cet empereur de la colline sa barbe se fleurie de genévrier, de fougère et de cannelle avec une touche de silex frotté. La saveur est ample t la richesse du grand cru arrivé dans une finale en queue de paon. Il pourra être montré jeune à condition d’être passé en carafe ou dormir quelques hivers dans les oubliettes de votre cave.

Millésime 2014 Si la barbe de l’empereur apparait blanche c’est que les petites fleurs des murets et les fruits secs (noisette, amande) sont tombés dedans. D’entrée c’est l’extrait sec qui soutient comme un tannin de pierre la bouche et la tient en haleine avec majesté. Une cuvée qui est déjà un classique. Intemporel.

Téléchargez le pdf

Pernand-Vergelesses blanc « Les Pins »

Superficie vigne 18a52

Age de la vigne 10 ans

Cépage Chardonnay

Type de sol argilo-calcaire

Vinification/ Elevage La vendange est réalisée manuellement avec un tri minutieux des grappes. Les raisins entiers sont ensuite pressés en pressoir pneumatique. Le pressurage avec montée en pression lente et régulière permet d’obtenir des vins fins et élégants. Dans cette même optique, le débourbage (séparation du moût avec les matières en suspension) est poussé. Les moûts (jus recueillis en écrasant le raisin) réalisent leurs fermentations alcooliques et malo-lactiques en fût de 350 litres. La proportion du fût neuf, de l’ordre de 30% par an, se veut volontairement modérée pour laisser s’exprimer le terroir de l’appellation. En partenariat avec nos tonneliers, une réelle adéquation entre le type de fût et le caractère du vin est recherché.

Production annuelle moyenne 1000 bouteilles.

Millésime 2009 En cours de malo.

Millésime 2010 Tandis que des boucles blondes retombent sur les parois du verre s’exhalent des fragrances douces de fleurs des buissons et de chèvrefeuille. L’attaque est rendue vivante par cette suavité ample qui caresse la langue avant de terminer par une salinité rafraichissante. Idéal pour égayer une friture de goujons.

Millésime 2011 L’or fin de son jus accroche votre regard avant d’emmener votre nez sur les sentiers ou fleurent la noisette fraiche et l’églantine en fleur. Au palais il débute gras et croquant comme une pêche blanche avant d’en laisser transparaitre la fine acidité. A ouvrir dès maintenant ou après un hiver.

Millésime 2012 Sa brillance « lingot d’or » bouscule les parfums de fleurs d’eau et de mousse des roches. Sa matière vineuse surprenante de densité pour un village explore l’étage jurassique du sol. Le finale poivre et sel emporte la bouche au loin sur le sentier du plaisir.

Millésime 2013 Sa couverture jaune pâle enveloppe le verre et relâche un parfum aérien de fleurs blanches comme l’acacia avec une touche de son miel. Croquant la poire verte dès la mise en bouche il montre à quel point un village peu vous apporter un plaisir immédiat avec sa finale saline.

Téléchargez le pdf

Pernand-Vergelesses 1er Cru blanc « Sous Frétille »

Superficie vigne 45a99

Age de la vigne 40 ans

Cépage Chardonnay

Type de sol argilo-calcaire

Vinification/ Elevage La vendange est réalisée manuellement avec un tri minutieux des grappes. Les raisins entiers sont ensuite pressés en pressoir pneumatique. Le pressurage avec montée en pression lente et régulière permet d’obtenir des vins fins et élégants. Dans cette même optique, le débourbage (séparation du moût avec les matières en suspension) est poussé. Les moûts (jus recueillis en écrasant le raisin) réalisent leurs fermentations alcooliques et malo-lactiques en fût de 350 litres. La proportion du fût neuf, de l’ordre de 30% par an, se veut volontairement modérée pour laisser s’exprimer le terroir de l’appellation. En partenariat avec nos tonneliers, une réelle adéquation entre le type de fût et le caractère du vin est recherché.

Production annuelle moyenne 2500 bouteilles.

Millésime 2009 Le jaune ondoie sur la paroi du verre alors que des senteurs fines de noisette et de pain grillé emportent le nez. L’attaque est croquante, pleine de jus et de vie, et de par sa longueur, son volume final se rapproche d’un Corton Charlemagne.

Millésime 2010 Alors qu’une ronde blondeur enrobe les parois du verre vous découvrirez un halo d’arômes variant du chèvrefeuille à la noisette grillée en passant par une touche de vétiver. Sa texture sapide offre la générosité d’un vin accompli qui semble déjà prêt à se lier avec un carpaccio de Saint Jacques à l’aneth.

Millésime 2011 Caché par l’or vert discret de la jeunesse il vous offre, après aération, des fleurs en bouton comme l’aubépine. S’il marque le début de bouche par son empreinte ferme de calcaire c’est pour mieux relâcher la minéralité du lieu comme si on léchait un caillou. Indéniablement cette cuvée mérite d’être oubliée au moins jusqu’en 215 dans votre cave avant de révéler sa nature profonde.

Millésime 2012 Le doré tendre de ce vin liasse perler des senteurs florales de tilleul combiné à de la noisette fraiche. sa saveur d’abord fraîche et minérale comme un eau de source fait apparaitre le terroir du premier cru comme une évidence. Il est juste dans sa typicité et restera bon longtemps.

Millésime 2013 Sa blonde pâleur cache un voile aromatique de lys et de vanille fouettée. Un fruit gras enrobe dès l’entrée la langue avec une persistance minérale qui vous surprend par son souffle. Déjà bon il séduira un risotto aux fruits de mer.

Millésime 2014 Sa jupe jaune or forme un écrin a un parfum complexe ou le chèvrefeuille étreint l’aubépine. Sa prise en bouche est souple portée par une saveur florale que la salinité accompagne. Classique.

Téléchargez le pdf

Savigny-les-Beaune 1er Cru blanc « Les Vergelesses »

Superficie vigne 49a85

Age de la vigne 40 ans

Cépage Chardonnay

Type de sol argilo-calcaire

Vinification/ Elevage La vendange est réalisée manuellement avec un tri minutieux des grappes. Les raisins entiers sont ensuite pressés en pressoir pneumatique. Le pressurage avec montée en pression lente et régulière permet d’obtenir des vins fins et élégants. Dans cette même optique, le débourbage (séparation du moût avec les matières en suspension) est poussé. Les moûts (jus recueillis en écrasant le raisin) réalisent leurs fermentations alcooliques et malo-lactiques en fût de 350 litres. La proportion du fût neuf, de l’ordre de 30% par an, se veut volontairement modérée pour laisser s’exprimer le terroir de l’appellation. En partenariat avec nos tonneliers, une réelle adéquation entre le type de fût et le caractère du vin est recherché.

Production annuelle moyenne 2600 bouteilles.

Millésime 2009 Un jaune pur à l’éclat franc libère dans le verre des senteurs de noisette fraîche et d’aubépine en fleur. La matière se montre ronde et opulente. Prêt à être livré avec un saumon en papillote.

Millésime 2010 L’éclat doux d’un or argenté trempe dans le verre. Cette cuvée vous propose de ressentir des parfums capiteux de vanille bourbon et de fleurs jaunes sucrées. Une fois en bouche il dégage un fonds de vin mature et large d’épaule. De quoi mettre en valeur cet hiver une côte de veau poêlée à la crème et aux champignons.

Millésime 2011 Comme à son habitude ce seigneur du cru se montre digne de son nom. Des fragrances fines de fleurs blanches (acacia, chèvrefeuille et amande) habitent le verre avec élégance. Sa trame riche et racinaire libère une minéralité délicatement rafraichissante. Complet d’un bout à l’autre du palais ce vin est digne des meilleurs plats.

Millésime 2012 Sa vive robe or exprime des notes d’élevages de caramel au beurre salé venu du bois neuf. Sa nature tendue et serrée comme un caillou collé dans l’argile laisse augurer de belles années de vieillissement. Comptez au moins quatre à cinq ans pour le sortir de votre cave pour un repas autour de sushis.

Millésime 2013 Pendant blanc du rouge du domaine ce chardonnay à la couronne dorée met en lumière ses arômes de noisette grillée et d’amandier en fleurs. Rond en prise de bouche il se présente dans une matière généreuse en fruits jaunes, tendance abricot Bergeron. Il offre une telle gourmandise qu’il vous sera dur de l’attendre.

Millésime 2014 S’il affiche la brillance d’une peau de citron c’est l’amande verte et fraiche qui emplit le verre de son arôme. Son début de bouche éclate les papilles par sa franchise de jus et son terminaison iodée sur la fleur de sel. Vivant.

Téléchargez le pdf

Beaune rouge « Les Bons Feuvres »

Superficie vigne 89a01

Age de la vigne 25 ans

Cépage Pinot Noir

Type de sol argileux

Vinification/ Elevage La vendange est réalisée manuellement avec un tri minutieux des grappes. L’égrappage est généralisé, seuls 10 à 15% des rafles peuvent être laissés sur des cuvées de belle maturité pour apporter une touche de fraîcheur aromatique. Une macération pré fermentaire d’environ 4 jours est réalisée à laquelle succèdent des pigeages et remontages quotidiens. L’objectif de cette gestion de la macération est de permettre une extraction optimale des éléments des pellicules en limitant autant que possible l’apport des éléments grossiers des pépins. Le décuvage a lieu dans les 15 jours de la date de la récolte du raisin. Les moûts sont ensuite élevés dans des fûts de 228 litres. La proportion du fût neuf, de l’ordre de 30% par an, se veut volontairement modérée pour laisser s’exprimer le terroir de l’appellation. En partenariat avec nos tonneliers, une réelle adéquation entre le type de fût et le caractère du vin est recherché.

Production annuelle moyenne 3000 bouteilles.

Millésime 2009 Un rouge grenat brillant couvre le calice. La rose et l’églantine flottent dans le verre. L’entrée en bouche est rendue ronde et onctueuse par des tannins enrobés et une finale saline. S’il est très bon maintenant il sera à son meilleur en 2016/2017.

Millésime 2010 Une parure au carmin sombre étage des arômes fermes et gourmands de pulpe de cassis. C’est au palais qu’il dévoile un fruité tendre et croquant, laissant transpirer la salinité naturelle de son terroir.

Millésime 2011 Ourlé d’un rubis marqué il dévoile des saveurs captivantes de fraises comme sorties du pot de confiture. D’abord croquant il offre une saveur acidulée de framboise. Sa finale dynamique le fera grandir encore deux à trois ans en bouteille.

Millésime 2012 S’il la robe à l’allure d’une jolie grenadine à l’eau il réveille le bourgeon de cassis par un noble végétal. Ce qui frappe en bouche c’est la digestibilité de tannin (digne des meilleurs gamays) mais avec l’élégance et la finesse du pinot noir. La côte de bœuf n’a qu’à bien se tenir !

Millésime 2013 Son carmin franc s’ouvre sur la fermeté des épices avec une touche d’humus. Sa saveur s’équilibre avec le croquant de la framboise. Sa nature digeste en fera un bon compagnon pour une brochette de poulet mariné.

Millésime 2014 Le rouge s’est lié au rubis et se parfume de notes d’épices douces (baies roses, coriandre) et de pivoine. Sa matière tactile surprend par son tanin ferme. Un vin de cave réservé aux amateurs patients. Volumique.

Téléchargez le pdf

Beaune rouge « Montée Rouge »

Superficie vigne 0h42a80c

Age de la vigne 60 ans

Cépage Pinot Noir

Type de sol argilo-calcaire

Vinification/ Elevage La vendange est réalisée manuellement avec un tri minutieux des grappes. L’égrappage est généralisé, seuls 10 à 15% des rafles peuvent être laissés sur des cuvées de belle maturité pour apporter une touche de fraîcheur aromatique. Une macération pré fermentaire d’environ 4 jours est réalisée à laquelle succèdent des pigeages et remontages quotidiens. L’objectif de cette gestion de la macération est de permettre une extraction optimale des éléments des pellicules en limitant autant que possible l’apport des éléments grossiers des pépins. Le décuvage a lieu dans les 15 jours de la date de la récolte du raisin. Les moûts sont ensuite élevés dans des fûts de 228 litres. La proportion du fût neuf, de l’ordre de 30% par an, se veut volontairement modérée pour laisser s’exprimer le terroir de l’appellation. En partenariat avec nos tonneliers, une réelle adéquation entre le type de fût et le caractère du vin est recherché.

Production annuelle moyenne 2000 bouteilles.

Millésime 2013 Sa parure de grenat doux offre un pafum de cassis et de mûre. Il débute avec la vivacité de la quetsches et termine sur un tannin ferme et juteux. Né pour la cave il accompagnera un rôti de bœuf.

Millésime 2014 Sous une robe de cardinal s’exprime le boisé délicatement fumé de l’élevage. Souple du début à la fin il offre un croquant sur la cerise rouge qui le donnera à boire facilement dans les deux premières années. Séduisant.

Téléchargez le pdf

Beaune 1er Cru rouge « Les Reversés »

Superficie vigne 0h26a70c

Age de la vigne 35 ans

Cépage Pinot Noir

Type de sol argileux

Vinification/ Elevage La vendange est réalisée manuellement avec un tri minutieux des grappes. L’égrappage est généralisé, seuls 10 à 15% des rafles peuvent être laissés sur des cuvées de belle maturité pour apporter une touche de fraîcheur aromatique. Une macération pré fermentaire d’environ 4 jours est réalisée à laquelle succèdent des pigeages et remontages quotidiens. L’objectif de cette gestion de la macération est de permettre une extraction optimale des éléments des pellicules en limitant autant que possible l’apport des éléments grossiers des pépins. Le décuvage a lieu dans les 15 jours de la date de la récolte du raisin. Les moûts sont ensuite élevés dans des fûts de 228 litres. La proportion du fût neuf, de l’ordre de 30% par an, se veut volontairement modérée pour laisser s’exprimer le terroir de l’appellation. En partenariat avec nos tonneliers, une réelle adéquation entre le type de fût et le caractère du vin est recherché.

Production annuelle moyenne 1200 bouteilles.

Millésime 2014 Au carmin de la robe répond une fragrance folle de patchouli et de ronces. La structure du premier cru est là : un complet de trois pièces qui ajuste sur la langue un tannin soyeux et une finale saline. Une nouvelle cuvée qui fera date. Caressant.

Téléchargez le pdf

Chorey-les-Beaune rouge « Tue-Bœuf »

Superficie vigne 2h28a47

Age de la vigne 30 ans

Cépage Pinot Noir

Type de sol argileux

Vinification/ Elevage La vendange est réalisée manuellement avec un tri minutieux des grappes. L’égrappage est généralisé, seuls 10 à 15% des rafles peuvent être laissés sur des cuvées de belle maturité pour apporter une touche de fraîcheur aromatique. Une macération pré fermentaire d’environ 4 jours est réalisée à laquelle succèdent des pigeages et remontages quotidiens. L’objectif de cette gestion de la macération est de permettre une extraction optimale des éléments des pellicules en limitant autant que possible l’apport des éléments grossiers des pépins. Le décuvage a lieu dans les 15 jours de la date de la récolte du raisin. Les moûts sont ensuite élevés dans des fûts de 228 litres. La proportion du fût neuf, de l’ordre de 30% par an, se veut volontairement modérée pour laisser s’exprimer le terroir de l’appellation. En partenariat avec nos tonneliers, une réelle adéquation entre le type de fût et le caractère du vin est recherché.

Production annuelle moyenne 12500 bouteilles.

Millésime 2009 Paré d’une robe cardinale franche son nez parle du cassis de Bourgogne avant tout. L’attaque est ronde comme si la pulpe du fruit fondait dans la bouche. La finale est ample et soyeuse. Une bombe de fruits à partager aujourd’hui dans sa jeunesse.

Millésime 2010 Doté d’un carmin tendre le relief de son nez affiche des arômes de mûres comme fraichement cueillies. Le fruit est dès le début présent par le biais de l’acidité d’une framboise juteuse. En partance pour un plaisir immédiat.

Millésime 2011 Si ce vin se présente sous le carmin violin du gamay il dégage un nez très pinot de cassis fraîchement écrasé. Plein et vineux dès la prise en bouche et habité par un tannin ferme il délivre un message caché ; aérez-moi une demi-heure ou laissez-moi dormir trois ans.

Millésime 2012 Auréolé d’une robe au rouge carmin ce village dégage un nez expressif de cassis au torchon. Travaillé sur un tanin souple il se montre aimable en bouche avec un finale chaude. Il se mariera à une palette de porc à la diable.

Millésime 2013 Ourlé de pourpre ce village dévoile un aromatique de petits fruits rouges. Souple en attaque il affiche des tannins fermes de bon aloi. Sa personnalité charpentée s’associera bien avec un risotto à la viande après 3 à 4 années de cave.

Millésime 2014 Porté par un rouge au grenat vif il délivre un nez ou le boisé graphité prend le dessus sur le cassis. Le fruit est celui d’un cassis fraichement écrasé. L’argile profond du sol lui donne un souffle massif que le temps affinera. Plaisir.

Téléchargez le pdf

Corton les Renardes Grand Cru rouge

Superficie vigne 0h28a71c

Age de la vigne 30 ans

Cépage Pinot Noir

Type de sol argilo-calcaire

Vinification/ Elevage La vendange est réalisée manuellement avec un tri minutieux des grappes. L’égrappage est généralisé, seuls 10 à 15% des rafles peuvent être laissés sur des cuvées de belle maturité pour apporter une touche de fraîcheur aromatique. Une macération pré fermentaire d’environ 4 jours est réalisée à laquelle succèdent des pigeages et remontages quotidiens. L’objectif de cette gestion de la macération est de permettre une extraction optimale des éléments des pellicules en limitant autant que possible l’apport des éléments grossiers des pépins. Le décuvage a lieu dans les 15 jours de la date de la récolte du raisin. Les moûts sont ensuite élevés dans des fûts de 228 litres. La proportion du fût neuf, de l’ordre de 30% par an, se veut volontairement modérée pour laisser s’exprimer le terroir de l’appellation. En partenariat avec nos tonneliers, une réelle adéquation entre le type de fût et le caractère du vin est recherché.

Production annuelle moyenne 1200 bouteilles.

Millésime 2014 Si sa robe rubis n’est pas profonde elle n’ne n’offre pas moins un parfum intense. C’est un jardin de roses anciennes après la pluie. Le floral marié aux odeurs d’humus de la terre. Au palais, il délivre un message évident : si ma jeunesse de fruit vous plait attendez ! Vous ferez de moi l’ambassadeur d’une terre de mémoire. Une nouvelle cuvée qui deviendra vite une signature. Racinaire.

Téléchargez le pdf

Pernand-Vergelesses 1er Cru rouge « Les Caradeux »

Superficie vigne 12a51

Age de la vigne 35 ans

Cépage Pinot Noir

Type de sol argilo-calcaire

Vinification/ Elevage La vendange est réalisée manuellement avec un tri minutieux des grappes. L’égrappage est généralisé, seuls 10 à 15% des rafles peuvent être laissés sur des cuvées de belle maturité pour apporter une touche de fraîcheur aromatique. Une macération pré fermentaire d’environ 4 jours est réalisée à laquelle succèdent des pigeages et remontages quotidiens. L’objectif de cette gestion de la macération est de permettre une extraction optimale des éléments des pellicules en limitant autant que possible l’apport des éléments grossiers des pépins. Le décuvage a lieu dans les 15 jours de la date de la récolte du raisin. Les moûts sont ensuite élevés dans des fûts de 228 litres. La proportion du fût neuf, de l’ordre de 30% par an, se veut volontairement modérée pour laisser s’exprimer le terroir de l’appellation. En partenariat avec nos tonneliers, une réelle adéquation entre le type de fût et le caractère du vin est recherché.

Production annuelle moyenne 500 bouteilles.

Millésime 2009 Un regard rouge fraise, un nez fruité au boisé délicat, le tout est posé sur un ensemble gourmand à servir dés maintenant avec une volaille rôtie aux herbes.

Millésime 2010 D’abord son regard rouge vif vous attire. La chevelure du « Caradeux » agite dans l’air les parfums orientaux d’épices douces (muscade, girofle) ainsi que la pivoine. En bouche il livre un tannin franc avec beaucoup d’éclat. L’harmonie des sens symbolise le mieux cette cuvée qu’il convient d’encaver encore au moins deux années.

Millésime 2011 Sous un rouge carlin aux reflets vifs s’expriment un parfum harmonieux mêlant le bois de santal au sarment froid avec une touche de fleurs roses. D’abord tendre, le jus se révèle long en bouche grâce à un tannin finement boisé et très équilibré présentant là un caractère typé que l’on ne retrouve propre à Pernand-Vergelesses. Une bouteille pour connaisseurs.

Millésime 2012 Coiffé d’un rubis éclatant il libère de fragrances de pivoine et de vétiver. Au palais c’est son goût de noyau de cerise aux tannins enrobés qui vous fera fondre de plaisir. S’il peut encore vieillir il se montre déjà en place et pour les deux ans qui viennent.

Millésime 2013 Le jus rubis foncé de Pernand des hauteurs cache un nez de chêne massif sur lequel dans la violette. Au palais il montre un muscle tannique solide enrobé d’un gras qui le rend déjà harmonieux mais rempli de fougue. Idéal sur un gibier mariné.

Millésime 2014 Le carmin tendre de son costume emprisonne un bouquet de fleurs mauves (violette, iris) avec une touche de tubéreuse. Son pantalon tannique est de velours et il touche le sol par sa finale crayeuse. Savoureux.

Téléchargez le pdf

Pernand-Vergelesses 1er Cru rouge « Les Fichots »

Superficie vigne 9a25

Age de la vigne 35 ans

Cépage Pinot Noir

Type de sol argilo-calcaire

Vinification/ Elevage La vendange est réalisée manuellement avec un tri minutieux des grappes. L’égrappage est généralisé, seuls 10 à 15% des rafles peuvent être laissés sur des cuvées de belle maturité pour apporter une touche de fraîcheur aromatique. Une macération pré fermentaire d’environ 4 jours est réalisée à laquelle succèdent des pigeages et remontages quotidiens. L’objectif de cette gestion de la macération est de permettre une extraction optimale des éléments des pellicules en limitant autant que possible l’apport des éléments grossiers des pépins. Le décuvage a lieu dans les 15 jours de la date de la récolte du raisin. Les moûts sont ensuite élevés dans des fûts de 228 litres. La proportion du fût neuf, de l’ordre de 30% par an, se veut volontairement modérée pour laisser s’exprimer le terroir de l’appellation. En partenariat avec nos tonneliers, une réelle adéquation entre le type de fût et le caractère du vin est recherché.

Production annuelle moyenne 350 bouteilles.

Millésime 2009 Un rubis simple et joyeux pour l’œil, les arômes d’églantier prennent le verre d’assaut. En bouche il offre un fruit rouge à croquer sans plus attendre. Attention quantité limitée.

Millésime 2010 Le pourpre de la garance est tombée dans le verre et offre une profondeur rare. Suivant un boisé tout en finesse des senteurs de garrigue embaume le calice. Un fruit croquant de cerise burlat caractérise une matière charnue qui prend votre bouche et puis la hante…

Millésime 2011 Ce premier cru à mis sa robe pourpre de cardinal pour délivrer son message : bois de rose et santal m’entourent mais mon corps est fait de muscle rehaussé d’un boisé généreux. Cette chair ferme se fera spirituelle après deux petites années de vie en ermite à l’ombre d’une cave.

Millésime 2012 La personnalité de ce vin est entière. Si sa robe de rubis est aux couleurs de l’été il présent » des arômes froids de tabac et d’âtre de cheminée. Et si son approche en bouche se fond dans une générosité de cerise amarena il vous clos la bouche par un tannin ferme qui semble vous dire « Attends-moi, je le mérite » !

Millésime 2013 Paré d’un costume éclatant rouge magenta son nez croque la fraise mûr avec une touche florale de glycine mauve. Nerveux en attaque, s’il « montre les dents » c’est pour mieux impressionner le palais par sa fermeté. La cave sera son alliée et le portera à son zénith fin 2020.

Millésime 2014 Sa nature colorée de rubis franc libère des parfums de cendre froide, d’âtre de cheminée. Le poivre blanc du début de bouche fait place à une terminaison saline en queue de paon. A boire comme à garder. Salivant.

Téléchargez le pdf

Pommard rouge « Les Vaumuriens »

Superficie vigne 0h30a26c

Age de la vigne 45 ans

Cépage Pinot Noir

Type de sol argilo-calcaire

Vinification/ Elevage La vendange est réalisée manuellement avec un tri minutieux des grappes. L’égrappage est généralisé, seuls 10 à 15% des rafles peuvent être laissés sur des cuvées de belle maturité pour apporter une touche de fraîcheur aromatique. Une macération pré fermentaire d’environ 4 jours est réalisée à laquelle succèdent des pigeages et remontages quotidiens. L’objectif de cette gestion de la macération est de permettre une extraction optimale des éléments des pellicules en limitant autant que possible l’apport des éléments grossiers des pépins. Le décuvage a lieu dans les 15 jours de la date de la récolte du raisin. Les moûts sont ensuite élevés dans des fûts de 228 litres. La proportion du fût neuf, de l’ordre de 30% par an, se veut volontairement modérée pour laisser s’exprimer le terroir de l’appellation. En partenariat avec nos tonneliers, une réelle adéquation entre le type de fût et le caractère du vin est recherché.

Production annuelle moyenne 1300 bouteilles.

Millésime 2013 Le pourpre foncé de sa robe exprime des senteurs fermes de prune mûre. Son début de bouche aux tannins fermes affiche un caractère sauvage ou un puissant tannin fait le tour de la bouche. Trois années à l’ombre le domestiqueront.

Millésime 2014 Le parfum de musc et de vétiver sous un jus rouge magenta affirme déjà sa personnalité froide. Sa mâche affirmée montre ses muscles. La finale est ample porté par une maturité parfaite. Il faudra être patient pour apprécier la finesse de sa nature. Intense.

Téléchargez le pdf

Savigny-les-Beaune rouge « Ez Connardises »

Superficie vigne 1h10a68

Age de la vigne 35 ans

Cépage Pinot Noir

Type de sol argileux

Vinification/ Elevage La vendange est réalisée manuellement avec un tri minutieux des grappes. L’égrappage est généralisé, seuls 10 à 15% des rafles peuvent être laissés sur des cuvées de belle maturité pour apporter une touche de fraîcheur aromatique. Une macération pré fermentaire d’environ 4 jours est réalisée à laquelle succèdent des pigeages et remontages quotidiens. L’objectif de cette gestion de la macération est de permettre une extraction optimale des éléments des pellicules en limitant autant que possible l’apport des éléments grossiers des pépins. Le décuvage a lieu dans les 15 jours de la date de la récolte du raisin. Les moûts sont ensuite élevés dans des fûts de 228 litres. La proportion du fût neuf, de l’ordre de 30% par an, se veut volontairement modérée pour laisser s’exprimer le terroir de l’appellation. En partenariat avec nos tonneliers, une réelle adéquation entre le type de fût et le caractère du vin est recherché.

Production annuelle moyenne 3300 bouteilles.

Millésime 2009 Son œil au rubis clinquant et profond attire les regards tandis que les parfums de cassis en bourgeons et de griotte annoncent une bouche gorgée de jus de cerise burlat. A apprécier aujourd’hui comme en 2015.

Millésime 2010 Au rubis vif de la robe répond un parfum changeant de rose, de violette sur une touche de panier de cerise noire. La jeunesse des petits fruits des bois (framboise et myrtille en tête) explose au palais au travers une fine acidité qui appelle à être croqué avec un magret de canard.

Millésime 2011 Sous sa robe de pinot il laisse deviner un bouquet de petits fruits rouges mûrs avec une touche estivale de violette. Très sapide au palais il glisse sur les papilles avec une saveur fine de cerise avant de conclure le mouvement par une touche de menthol. Déjà prompt au partage ce village possède de quoi vieillir jusqu’en 2016.

Millésime 2012 Ne vous fiez pas à sa couleur légère de griotte il va surprendre votre nez par ses senteurs de fruits noirs (cassis frotté et myrtille). Gourmand dès l’attaque il libère un tanin ample à la finale saline salivante. Jeune comme vieux il réglera un grand nombre de bouche.

Millésime 2013 Paré d’une robe légère de griotte il offre un boisé aux accents de moka avec une touche de framboise. Ce petit fruit rouge se retrouve en bouche dans une saveur fruitée qui bouscule les papilles par son relief acidulé. Pour des magrets de canard laqué.

Millésime 2014 Toute l’empreinte du Savigny est dans ce flacon. Une robe classique de pinot, des notes de petits fruits rouges (framboise) et de violette. Le fruit est rond et si son tannin joyeux chante en bouche sa finale laisse entrevoir une bonne dizaine d’année de garde. Affriolant.

Téléchargez le pdf

Savigny-les-Beaune 1er Cru rouge « Les Vergelesses »

Superficie vigne 43a30

Age de la vigne 40 ans

Cépage Pinot Noir

Type de sol argilo-calcaire

Vinification/ Elevage La vendange est réalisée manuellement avec un tri minutieux des grappes. L’égrappage est généralisé, seuls 10 à 15% des rafles peuvent être laissés sur des cuvées de belle maturité pour apporter une touche de fraîcheur aromatique. Une macération pré fermentaire d’environ 4 jours est réalisée à laquelle succèdent des pigeages et remontages quotidiens. L’objectif de cette gestion de la macération est de permettre une extraction optimale des éléments des pellicules en limitant autant que possible l’apport des éléments grossiers des pépins. Le décuvage a lieu dans les 15 jours de la date de la récolte du raisin. Les moûts sont ensuite élevés dans des fûts de 228 litres. La proportion du fût neuf, de l’ordre de 30% par an, se veut volontairement modérée pour laisser s’exprimer le terroir de l’appellation. En partenariat avec nos tonneliers, une réelle adéquation entre le type de fût et le caractère du vin est recherché.

Production annuelle moyenne 1900 bouteilles.

Millésime 2009 Un grenat sombre et intense habille le verre. Des flaveurs de confitures de mûres mêlés à un doux vanillé se retrouvent dans un palais savoureux ou le juteux pinot explose. Le plaisir se prolonge avec un final acidulé. De quoi espérer atteindre 2019 avec beauté.

Millésime 2010 Sous une jupe de jus de cerise se dévoilent des fragrances de raisin frais signant la jeunesse de sa structure. Après une attaque franche sur la fraise le boisé apparait en filigrane et découpe au palais le dessin d’une bouteille de garde. Cinq années lui seront nécessaires à un parfait mariage.

Millésime 2011 Au rubis tendre du regard répondent les aromes floraux de pivoine et de rose enrobé d’un voile de boisé. Le caractère boisé domine sans écraser un fruit rouge frais de cerise burlat juteux à souhait. Il faudra patienter fin 2014 pour apprécier pleinement la race de ce premier cru.

Millésime 2012 Habité par une robe couleur grenadine il dévoile des trésors parfumés de violette de cassis frais. Son attaque « juteuse » croque la cerise rouge et la framboise avec une fine acidité. Il clos sa marche de premier cru avec des épices douces qui le verront s’assortir avec bonheur à un vieux Brie de Meaux.

Millésime 2013 De la cerise rouge il a pris la chair pour costume. Le nez mêle le cassis à la fraise pour un parfum enivrant. Finement tannique sa matière glisse vers un finale corseté d’épices. Trois ans de cave seront nécessaires pour faire de ce bel adolescent un adulte heureux.

Millésime 2014 Du pinot noir il prend le pastel d’un rubis. L’orange sanguin et le poivre vert lui forment un profil aromatique prégnant. Des tannins carrés mais aux angles arrondis laisse la minéralité du lieu prendre possession du palais. Puissant.

Pernand-Vergelesses 1er Cru blanc « Sous Frétille » 2002

Porté par une robe lumineuse il libère des arômes de foin mouillé. La texture est fine et porté par un jus gourmand à apprécier aujourd’hui dans toute sa diversité.

Pernand-Vergelesses 1er Cru blanc « Sous Frétille » 2008

Habillé d’une matière lumineuse aux accents de caramel au beurre salé, il se montre bavard en bouche par sa texture de crème fouettée vanillée, rehaussée d’une touche de citron jaune finale. Une référence sur la carte des vins.

Savigny-les-Beaune 1er Cru blanc « Les Vergelesses » 2008

L’or de son jus rappelle le vermeil du lingot. Les parfums de beurre frais et de noisette avec sa petite touche lactée. En bouche il se montre causant par son fruit blanc (poire et pêche) et sa finale serrée mais salivante. Une bouteille de référence sur la carte des appellations.

Chorey-les-Beaune rouge 2002

Sa robe commence à tirer du rubis clair vers l’orangé. Le côté végétal de foin mouillé ne se retrouve pas dans une bouche fluide et nerveuse en finale. A boire maintenant.

Chorey-les-Beaune rouge 2005

Un œil au rouge léger affriolant sous un nez discret révèle une matière fruitée aux tanins équilibrés et digestes. Une bouteille à partager avec les copains sur une côte de porc au barbecue.

Savigny-les-Beaune rouge 2002

Un regard au grenat clair et au léger nez de menthol. Une matière fine et facile d’accès pour découvrir un vieux pinot noir.

Savigny-les-Beaune rouge 2005

Le grenat est toujours présent mais il tuile légèrement au contact du verre. Le nez se met en place alors que son corps fruité et séducteur est à apprécier lors de la dégustation.

Savigny-les-Beaune 1er Cru rouge « Les Vergelesses » 1998

Une couleur légère au disque de rouille, bien dans son époque. Au nez reste l’alcool du millésime et au palais les dorures sont grisées par le temps. Reste le plaisir de goûter au siècle précèdent.

Savigny-les-Beaune 1er Cru rouge « Les Vergelesses » 2001

Le type même d’un vieux pinot aux aromes de cuir tanné et de bois fumé. Prêt à être dégusté par les amateurs de Bourgogne vieilli mais pas fini.

Savigny-les-Beaune 1er Cru rouge « Les Vergelesses » 2005

Un joli jus cardinal frais pour son âge livre un nez et une bouche de pulpe de cassis aux tannins encore fermes qui, avec cette allonge de boxeur professionnel, sauront encore vieillir une décade.